Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hubert falco

  • Vœux 2017 : Hubert Falco toujours fâché avec les chiffres ?

    Imprimer

    visu.comm.voeux.png

     

    Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de PACA, conseiller municipal de Toulon, membre du comité central du Front National

    Une brève dans Var Matin de ce mercredi 4 janvier tend à prouver qu’Hubert Falco restera en 2017 fâché avec les chiffres, à commencer par ceux de ses vœux : une carte postale envoyée à 19.000 exemplaires selon le cabinet du Maire qui évoque un coût de « 3.109€ cette année contre 6.547€ l’an dernier pour le même nombre d’exemplaires ».

    Si le prix de la carte est moins important que les années passées (n’allons pas douter de cette affirmation…), les vœux de cette année ont en fait coûté au moins 22.109€… Car les cartes ont toutes été envoyées par La Poste, même celles destinées aux élus ou quelques personnels de mairie à la même adresse, celle d’où le courrier fut expédié : 1€ par carte ! (cf. PJ)

    Il est bon que les économies soient au cœur de la gestion municipale. Mais alors, cher Hubert Falco, quelques conseils :
    - parlez des coûts totaux et non des seuls qui baissent
    - un tarif moins rapide mais plus économique existe
    - utilisez parfois le courrier interne pour les étages au-dessus de vous…

  • Plan de déplacements urbains de Toulon : la désaffection des gens d’ici !

    Imprimer

    comm.visu.PDU.png

    Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de PACA, conseiller municipal de Toulon, membre du comité central du Front National

    L’enquête publique récemment clôturée sur le Plan de déplacements urbains de Toulon-Provence-Méditerranée n’a pas déplacé les foules : 536 avis émis dans l’agglo, soit moins d’1 pour 800 habitants ! Pour la ville de Toulon c’est même 1 pour 873… Le constat est clair.

    Ce n’est pas tant que les gens se désintéressent : ils sont tout simplement lassés des choix entérinés et annoncés par Hubert Falco avant même la consultation. Une manière de leur dire « cause toujours ».

    Le Front National rappelle son attachement au projet tramway qu’il avait initié au début des années 2000, son souhait de voir revenir d’abord la sécurité dans nos transports, mais aussi son inclination à préférer le référendum aux choix égoïstes ou faciles qui semblent tant lasser nos administrés.

  • Le débat sur le prix de l'eau à #Toulon : vérités et chiffres contre déni !

    Imprimer

    IMG_0577.PNG

    Conseil Municipal du Jeudi 22 Septembre 2016

    Intervention de Jean-Yves Waquet sur la délibération 03.4.01 concernant  le service public d’eau potable

    Monsieur Le Maire, mes chers collègues

    Nous avons étudié bien sûr avec attention ce rapport annuel sur le prix et la qualité de l’eau à Toulon.

    Nous avons noté en particulier la poursuite de  l’amélioration concernant la distribution et notamment le  rendement qui est en hausse depuis quelques années et c’est une bonne chose. Même remarque pour la qualité et c’est tant mieux.

    Cependant, comme nous l’avions déjà noté l’année dernière,   nous observons que le prix à payer finalement par les abonnés, reste en moyenne nettement supérieur à la moyenne nationale, pour les villes d’importance comparable.

    En effet lorsque l’on parle de la facture type de 120 m3 citée dans votre rapport, il s’agit bien de la facture globale à payer par l’utilisateur y compris l’assainissement  Alors, vous allez me dire l’assainissement ce n’est pas nous, c’est TPM..  sauf que TPM c’est aussi nous en partie, et vous-mêmes comme Président…

    Or il existe de nombreuses études sur le prix global de l’eau dans les différentes villes, études impartiales d’associations de consommateurs

    Selon la revue « 60 millions de consommateurs »  de Mars 2015 sur le prix de l’eau dans les 130 plus grandes villes de France, à données comparables, Toulon se distingue par un prix global (sur la facture type de 120 m3)  de plus de 4,3 euros/m3, supérieur à celui de toutes les villes de la région (Aix 2,79, Avignon 2,72, Marseille 3,33, Nice 3,75, La Seyne 3,8, Hyères 3,23, Fréjus 3,16).

    Ces indications sont parfaitement en accord avec l’étude de « Que Choisir » de Novembre 2013 qui classait déjà Toulon parmi les villes « aux prix très élevés ». C’est un constat objectif. Et si l’on étudie plus en détail les composantes de la facture, on constate que la seule part «production/ distribution » y a un prix également nettement supérieur à la moyenne des grandes villes.

    C’est pourquoi, le groupe Front national, même s’il a noté lors de la délibération 02.1.01 de ce jour une mesure va dans le bon sens avec le gel de la clause de révision contractuelle du délégataire,  votera à nouveau contre cette délibération.

  • Compte administratif 2015 de la ville : pour le Front, c'est non !

    Imprimer

    Intervention d'Amaury Navarranne ce matin en conseil municipal sur l'adoption du compte administratif 2015 de la ville de Toulon.

    2385254600.jpg

    Monsieur le Maire, mes chers collègues,

    En décembre 2014, lors de l’adoption du budget primitif dont vous nous présentez aujourd’hui le compte administratif, Jean-Yves Waquet au nom du groupe Front National avait fait part de remarques :

    • Nous demandions d’accroître l’effort de réduction des dépenses de fonctionnement pour maintenir une marge correcte dans les dépenses d’équipement
    • La stabilisation ou même la baisse possible et logique de la charge de personnel devait être plus sensible

    La réalisation de ce budget primitif est passée, et les chiffres du compte administratif permettent aujourd’hui de juger : à nouveau des charges de personnel en augmentation, tout en notant une légère baisse des autres charges à caractère général : gestion courante, subventions aux associations. Ce dernier point va dans le bon sens, et c’est à souligner. On notera dans les grand équilibres des subventions aux associations qu’elles représentent une part toujours plus importante pour le social (plus de 60% pour notamment votre symbolique politique de la ville) quand la solidarité (santé, condition animale,…) pèsent moins de 5%...

    Mais revenons aux charges de personnel et aux charges à caractère général : leurs deux courbes inversées s’illustrent d’ailleurs dans le ratio dépenses de personnel sur dépenses réelles de fonctionnement, augmentant de plus de deux points depuis 2013 pour en arriver à un record avec 66,55% cette année, 11 points au-dessus de la moyenne de la strate à 55,2%. Et l’argument de l’augmentation catégorielle ou du GVT (glissement vieillesse technicité) ne tient pas pour justifier cette augmentation à Toulon puisque ce ratio de la strate a pour sa part baissé sur la même période (passant de 55,9 à 55,2). La légère baisse des dépenses réelles de fonctionnement ne peut aussi raisonnablement expliquer les plus de 11 points au-dessus de la strate !

    Les dépenses de personnel, en reprenant également les ratios de la strate, sont à 790€ par habitants à Toulon contre 680€ pour la moyenne des villes de même ordre. Car oui, c’est peut-être de bonne guerre, mais souffrez lorsque vous n’utilisez que les ratios qui sont bons pour vous que nous mettions le doigt en ce qui nous concerne sur ceux qui apportent l’eau au moulin de nos analyses depuis le début de cette nouvelle mandature.

    Cette analyse des charges étant faite, nous nous associons à la satisfaction déjà exprimée de voir une gestion de la dette performante. Cette dette exponentielle record que la ville avait connu au tout début des années 90 a été le cheval de bataille des différentes majorités depuis 1995. De 1995 à 2001, -30% de dette. Et vous avez Monsieur le maire continué à votre arrivée ce travail. En moyenne, et donc en 20 ans, -5 points de dette par an. 290 millions en 1995, 214 millions en 2001, 61 millions aujourd’hui. Une dette de 365€ par habitant, 3 fois inférieur à la moyenne de la strate. Un ratio à votre avantage.

    Mais cette gestion de la dette s’accompagne hélas d’une baisse à nos yeux bien trop forte des investissements dans la seule section qui importe aux toulonnais : le total des dépenses d’équipement. 48 millions pour l’année 2015 contre 52,4 millions l’an passé. Vous aviez pourtant présenté des ambitions lors de la présentation de votre budget primitif, plaçant à 58 millions d’euros vos velléités constructrices. Las, plus de 10 millions d’€uros n’ont pas été réalisés. Manque d’ambition, manque d’idées ? Je ne veux le croire. Manque de financements ? Parfois quelques noisettes empruntées sur des taux très avantageux en ce moment permettent de réaliser les investissements d’avenir. Cette frilosité déçoit forcément.

    D’autant que la pression fiscale, elle, ne diminue pas, loin de là, puisque 400.000€ supplémentaires sont venus abonder vos prévisions budgétaires en matière d’impôts et de taxes. Et si l’Etat baisse ses dotations, maintenir les taux (ce qui est la moindre des choses) n’endigue pas les augmentations de l’impôt en valeur des toulonnais. Ne serait-il pas temps de faire un effort, de lâcher un peu du mou ? C’est bien d’entasser, mais le geste serait symbolique… Je prends les paris : annoncez une baisse équivalente de l’impôt en valeur l’année prochaine plutôt que la baisse équivalente de la dette par habitant, et vous verrez le résultat sur le moral !

    De la frilosité à l’investissement ; quelques accès de fièvre sociale ; une addiction –légère mais inchangée- aux charges de personnel, pour un état général acceptable. S’il fallait noter le résultat de 2015, le professeur inscrirait sur le carnet « Fait ce qu’il peut, mais peu ». Ou passable, forcément déçu entre les capacités, la volonté au départ exprimée et ce qui est réalisé. Monsieur le Maire, nous ne voterons pas ce compte administratif car nous ne votons pas les mauvais points qui, hélas, gâchent le tableau.

     

  • Ils ont des yeux mais ne veulent pas voir...

    Imprimer

     

  • La politique de la ville, double peine pour les Toulonnais !

    Imprimer

    Hier matin en conseil municipal de Toulon, la majorité UMP a su appliquer une baisse de 10% sur les subventions aux associations en rapport avec le handicap. Un effort est demandé à tous dans ces périodes budgétaires complexes... Sauf que... Sauf que ! Le lot de subventions proposées au même conseil municipal pour la politique de la ville (traduisons "l'argent dépensé pour payer les conséquences de la folle politique d'immigration de ses 40 dernières années") lui ne subit aucune baisse.

    Il nous semble pourtant qu'avec un peu de bonne volonté on peut toujours plus facilement se sortir de difficultés sociales ou de prétendus barrages ou discriminations que de son handicap... Mais nous savons aussi que certaines clientèles sont toujours favorites pour ceux qui pensent qu'il suffit de payer pour acheter la paix sociale...

    fn,toulon,amaury navarranne,hubert falco,conseil municipal

    Communiqué du groupe FN à la Mairie de Toulon
     
    Précisions sur les votes des subventions aux associations
     
    Dans son édition du 24 avril 2015, Var Matin se fait l'écho de nos débats lors du dernier conseil municipal de Toulon autour des subventions aux associations. Nous nous devons d'apporter quelques précisions : lors de la séance, nous avons souligné que la grande majorité des associations d'aide aux handicapés voyaient leurs subventions baisser forfaitairement de 10% pour abonder les comptes des subventions destinées à la "cohésion sociale" et la "politique de la ville".
     
    C'est cette remarque qui a emballé les débats : en effet, pour le Front National, si des subventions doivent baisser c'est plutôt dans les secteurs où la bonne volonté peut suffire pour combler la diminution d'aide matérielle. Et c'est ainsi que nous notions qu'avec la meilleure volonté du monde, le handicap était plus difficilement surmontable que certaines difficultés sociales ou prétendues discriminations.

     

  • UMPS à Toulon: à bas les menteurs !

    Imprimer

    visuel.tract.UMPS.pnglu ici: www.amaurynavarranne.info

    L’UMP donne chaque jour  davantage l’image assez désastreuse d’une bien mauvaise auberge espagnole idéologique, alliance de plus en plus improbable   entre  une base droitière sensible aux idées patriotiques et des dirigeants acquis très largement à l’euromondialisme, se déchirant sur la stratégie à adopter pour enrayer la progression de Marine, du FN, des idées nationales.

    A Toulon, le sénateur-maire Hubert FALCO et le député Geneviève LEVY ont répondu dans les colonnes de Var Matin à la question « Et si vous deviez voter dimanche prochain dans le Doubs? », où le député européen frontiste Sophie MONTEL affronte au second tour d’une législative partielle le candidat du Parti Socialiste.

    Les deux principaux élus de notre ville s’affichent sans hésiter comme potentiels électeurs du PS… Eux qui reprochent au Front National d’avoir fait élire Hollande en 2012, en prônant l’abstention au second tour de la présidentielles, ne sont nullement gênés pour appeler directement à voter socialiste. CQFD… L’UMPS c’est bien eux, la vraie opposition c’est nous!

    L’UMP ferait bien mieux de s’interroger, comme l’affirme Bruno Gollnisch, sur sa capacité à être audible, respectée, suivie dans ses (obscures) consignes, largement incompréhensibles pour l’électeur lambda. La vérité commande de dire également que les électeurs sont largement réfractaires à se laisser guider leur choix par des précepteurs ou des commissaires politiques expliquant ou se situent le bien et le mal.  A fortiori quand les grandes consciences républicaines de la classe politicienne  traînent une solide réputation d’incapables, de menteurs, de dissimulateurs  et d’égoïstes.

    Vous en avez assez d’être trahi? Alors ni UMPS, ni abstention, le vote utile c’est le vote Front!

    Téléchargez et diffusez notre tract :

    tract.falco.Levy.doubs.UMPS.amaurynavarranne.info

  • Nouveaux rythmes scolaires: non c'est non !!!

    Imprimer

    pl.JPG A l'occasion d'un débat lors du Conseil municipal du vendredi 25 avril 2014 sur le refus de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires à Toulon, Amaury Navarranne pour le groupe Front National a saisi la balle au bond pour, au nom de son groupe, féliciter le Maire de Toulon pour cette décision. 

    Rappelant qu'il s'agissait d'un engagement du Front National dans la campagne des dernières municipales, et de lui seul, ce choix affirmé par Hubert Falco est une "divine surprise" pour les Toulonnaises et les Toulonnais.

    L'élu du FN a par ailleurs tenu à rajouter à la raison budgétaire, qui apparait être la seule motivation de la résistance de l'édile de la ville à cette réforme stupide, la cause d'une grave mainmise de l'Etat sur l'éducation des enfants. En effet, si le périscolaire s'entend dans les cas d'impossibilité pour des parents (de plus en plus obligés de travailler tous deux pour terminer les mois sans le couteau sous la gorge) de déposer ou de récupérer les enfants en début et en fin de classe, si certaines activités de soutien scolaire peuvent s'avérer utiles lors d'échecs particuliers, rien ne saurait justifier une éducation (ou une "rééducation") en dehors du champ familial.

    Les faits parlent d'eux-mêmes: la fumeuse théorie du genre, instituée dans les écoles par l'ancien ministre UMP Luc Chatel, et sacralisée par son successeur Vincent Peillon, était l'un des objectifs des nouveaux apprentis sorciers de la déstructuration de nos jeunes à travers cette réforme. Les groupes LGBT (Lesbiens, Gays, Bi et Transexuels) développent leurs réseaux d'intervention dans les écoles: pour rien au monde nous ne laisserons l'enseignement d'une nature humaine bafouée sans marquer une opposition ferme sur les principes du respect de la nature humaine. Que la gauche le comprenne: nous ne reculerons pas!

  • Le commerce de proximité, dernière roue du carrosse

    Imprimer

    an.14juil.PNGTribune libre d'Amaury NAVARRANNE
    Membre du Comité central du FN
    Délégué "Commerce et développement économique" de la liste Toulon Bleu Marine

    La récente déclaration d'Hubert FALCO claironnant, pour cette année, ne "pas augmenter les taux de la fiscalité communautaire" résonne tout particulièrement à l'oreille des commerçants de l'agglo, à commencé par ceux de Toulon. Ceux que FALCO a "braqué" en novembre 2012 s'en souviennent encore: une taxe CFE (Contribution foncière des entreprises) qui augmentait jusqu'à 400%, devenant la corde qui devait asphyxier définitivement le petit commerce...
     
    Un an après, ils n'oublient pas. Certains attendent toujours que leur soit remboursé le trop perçu, car c'est aussi la stratégie d'Hubert: un pas en avant, trois pas en arrière, je reviens sur mes augmentations car la grogne est trop pressante... Pas vu, pas pris; pris, pendu !
     
    Reste que si les taux ne varient pas, l'impôt à payer cette année sera à nouveau plus cher que les précédentes... On nous dira qu'il y a l'inflation, que la base n'est pas décidée localement,... Et pourtant quand on veut on peut. Quand on veut sauver le commerce de proximité, on s'en donne les moyens ! Confisquer EN VALEUR toujours plus d'argent avec la pression fiscale imposée aux entrepreneurs locaux, tout en favorisant les grands ensembles périphériques (La Valette et son futur parc "famille"), et sacrifiant par là le cœur de ville: le système FALCO doit cesser!!!

  • Quartier de Claret : les pouvoirs publics doivent réagir !

    Imprimer

    jean-yves waquet,claret,hubert falco,delinquance Communiqué de presse de Jean-Yves WAQUET

    Conseiller Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
    Candidat tête de liste à l’élection municipale de Toulon

    Quartier de Claret : les pouvoirs publics doivent réagir !

    Dans Var Matin de Vendredi on apprend qu’une bande de jeunes perturbe depuis un certain temps les habitants du quartier de Claret au point que ceux-ci soient excédés. Apparemment ces jeunes, venant pour une bonne partie du Lycée professionnel situé non loin de là, ont un sentiment d’impunité car les nombreuses plaintes déposées par les riverains restent sans effet, de même que les innombrables appels à la police nationale. Le trafic de stupéfiants s’y effectue au vu et au su de tous sur la petite place Barthelemy où les dealers semblent donner rendez-vous à leurs clients.

    Cette situation du quartier de Claret est malheureusement symptomatique d’une problématique qui se développe dans d’autres quartiers délaissés de Toulon. Cela commence par un trafic de drogue, puis se développe une sorte d’appropriation du quartier, où des jeunes désoeuvrés agressent verbalement, quand ce n’est pas physiquement, les habitants du quartier si ceux –ci ont le malheur de leur faire une remarque. Ces derniers se sentent donc abandonnés par les pouvoirs publics.

    Pour le Front National de Toulon, cette situation est intolérable. Il est inadmissible de laisser les habitants seuls et sans défense face à des délinquants qui se croient tout permis. C’est aux pouvoirs publics de réagir avec fermeté pour rétablir la sécurité du quartier et la sérénité de ses habitants. Que fait M.Falco, qui en tant que Maire est Président du comité local de sécurité et de prévention de la délinquance ?

  • Inauguration de la permanence de campagne

    Imprimer

    visuel.petit.PNG

  • STOP ! Les Toulonnais n’en peuvent plus de supporter !

    Imprimer

    tag.PNG

    Aucun secteur, aucun quartier, aucun endroit,

    Pas une rue, pas un recoin, pas une place.

    Partout sur les murs, les devantures et les monuments,

    Il recouvre tout, il envahit tout,  il dégrade tout.

    Il ne respecte rien, il n’apporte rien, il ne sert à rien,

    C’est … le T A G !

    Sommes-nous en présence d’Art contemporain ?

    Exposé dans une galerie du « Grand Palais » ou au « Grimaldi Forum » de Monaco ?

    Entourés d’artistes graffeurs et tagueurs  sponsorisés  par la fondation d’Alain-Dominique GALLIZIA, cet architecte  parisien,  mécène du graffiti « street art » et du « pressionnisme » mondain (art du graffiti sur toile) ?

    Que nenni, nous sommes à Toulon !

    Notre cité qu’administre depuis 12 ans  Hubert Falco et son équipe,

    est entièrement recouverte par les tags et les graffitis :

    Dégradations de notre environnement quotidien,

    Signes extérieurs d’abandon et de désordre,

    Agressions visuelles qui suscitent l’insécurité et la saleté. 

     

    STOP ! Les Toulonnais n’en peuvent plus de supporter !  

    Assez de Toulon-sur-Tags : Saint-Jean-du-Tag !  Pont-du-Tag ! Val-Fleury-sur-Tags !  Valbertrand-les-Tags !  Mourillon-Tags ! La Serinette-les-Tags ! Les Quatre-Chemins-du-Tag ! le Temple-du-Tag ! Saint-Anne-les-Tags ! Bon-Rencontre-les-Tags ! Siblas-sur-Tag ! Les Routes-du-Tag … etc.… etc.…

     Depuis 12 ans, Hubert FALCO et son équipe vous montrent l’ampleur de leur  inefficacité !

     A présent, il est temps de lutter réellement contre les tags qui défigurent notre ville en menant une véritable politique municipale basée sur :

     -La Prévention : Avec des politiques de sensibilisation notamment auprès des jeunes.

    -La Répression : Organiser une chasse implacable aux «tagueurs et Graffeurs », avec les policiers municipaux sur le terrain et la vidéosurveillance.

    -Le Nettoiement : Prise en charge rapide de l’effacement et du nettoiement de tous les lieux souillés par les tags. Sur simple appel téléphonique au service concerné et sans exiger une plainte aux autorités judiciaires.

    FALCO Hubert : Sénateur-maire, vice-président de l’UMP, 42 ans de carrière politique

    LEVY Geneviève : Députée UMP 1ère circonscription du Var, 1ère adjointe mairie de Toulon, 12 ans  de carrière politique

    S’IL VOUS PLAIT : PASSEZ LA MAIN !


    hervé TOULZAC fiche bio - Copie (2).jpg

    Hervé Toulzac
    Responsable de cantons
    En charge du dossier « sécurité » de la liste  « Toulon Bleu Marine » aux municipales 2014
  • Toulon déplafonne sur sa taxe foncière...

    Imprimer
    taxe-fonciere-300x300.jpgCommuniqué de Presse de Jean-Yves WAQUET
    Conseiller Régional
    Candidat tête de liste à l’élection municipale de Toulon

    A Toulon, la hausse de l’impôt foncier depuis  2007, est nettement supérieure à la moyenne …

    Suite au titre de première page de Var Matin de Jeudi dernier, annonçant une hausse moyenne de 18,2% de la taxe foncière dans le Var depuis 2007, il faut préciser qu’à Toulon, le chiffre exact est de +22,3% de hausse nette globale de cette taxe (en Euros courants)  donc une hausse nettement supérieure à la moyenne varoise mais aussi à la moyenne nationale.

    Monsieur Falco a beau nous rabâcher, une fois de plus à cette occasion, que le « taux communal  n’augmente pas », les contribuables toulonnais peuvent simplement constater, en comparant leur avis d’imposition de 2007 à celui de 2013 que la part de la taxe en valeur, revenant à TPM a été multipliée par plus de 12 pendant la période considérée, ce qui explique en grande partie cette hausse globale de la taxe foncière. Je me permets aussi de lui rappeler, que la dernière évolution du taux communal de cette taxe, c’était sous la municipalité FN, et qu’elle avait alors diminué, passant de 25,33% en 1995 à 23,92% en 1998…

    A propos de TPM, j’en profite également pour préciser à M.Falco que, contrairement à ce qu’il répète régulièrement, le Front National n’est pas du tout contre le bien-fondé de la communauté d’agglomération. En revanche il critique :

    -L’extension inconsidérée des domaines de compétence de la communauté d’agglomération qui conduit à des doublons avec la Région et le Département, et à un manque de visibilité des responsabilités respectives des différentes  collectivités, et donc à une inflation des dépenses.

    - la manière dont se sont effectués les transferts de compétences qui, loin de générer une économie par la mutualisation des charges, a au contraire provoqué une forte augmentation des dépenses et donc des impôts pour le contribuable.

  • L'impudence sur vos ondes: l'équipe FALCO parle aux toulonnais...

    Imprimer
    an.14juil.PNGBillet d'humeur d'Amaury NAVARRANNE
    Membre du Comité central du Front National
    Responsable du Ve canton de Toulon
     

    Quelques jours à peine après la sortie du rapport de la Chambre régionale des comptes sur l'Opéra de Toulon, voilà que son directeur Claude-Henri BONNET se voit offrir 20 minutes d'antenne sur France Musique (pour réécouter, cliquez ici).

    Nous avons en fait assisté comme on pouvait s'y attendre à 20 minutes d'autosatisfaction et de sarcasme. A l'argument qu'Hubert FALCO avait favorisé un proche pour le nommer directeur de l'Opéra sans passer par la procédure habituelle d'une "mise en concurrence" (Monsieur BONNET étant par ailleurs élu dans la majorité municipale FALCO depuis 2001), Monsieur BONNET trouva cette réponse "Le patron c'est celui qui paye", et le patron a donc le droit de choisir qui il veut... Oui mais celui qui paye c'est surtout le contribuable. Et les élus se doivent de nous rendre des comptes. L'arrogance de ces gens-là est donc sans limites!

    Le comble est atteint en fin d’émission. Souffrant de ne pas parler assez de politique, le débat se porte sur les derniers résultats de Brignoles. Joignant l'émotion au grotesque, voilà que le conseiller municipal BONNET se met à expliquer qu'il est un enfant du XXe siècle (très original... un peu comme tous le monde sur cette terre lorsque l'on parle en 2013) et que son action culturel à l'Opéra vise à éduquer et à éviter que les gens se ruent à nouveau vers les extrêmes, vers la destruction et vers la mort (sic!).

    Ces gens-là ne comprennent pas qu'une lame de fond est en train de renverser les mensonges et les abstractions qui nous ont fait tant de mal depuis des décennies.

    Ces gens-là ne comprennent pas que leur diabolisation ne marche plus et que les Français n'en peuvent plus d'être sans cesse les oubliés de leurs choix égoïstes et mortifères.

    Ils sont autistes, déphasés. Leur art ne plaît pas. Leur culture n'intéresse pas. Leur clientélisme dégoute.

    Leur chute sera rude. Mais pour nos compatriotes elle sera surtout le signe le renouveau de la France. Foutons-les dehors!!!

    bonnet.francemusique.PNG

  • Irrégularités et gestion désastreuse : l’Opéra épinglé !

    Imprimer
    lmpt.JPGCommuniqué de presse de Jean-Yves WAQUET
    Conseiller Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
    Candidat tête de liste FN à l’élection municipale de Toulon
     

    L’article de Var Matin de ce Vendredi 27, rapporte une partie des observations de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l’Opéra, OPCC Toulon Provence Méditerranée .On y relève que la rémunération versée au Président du conseil d’administration était irrégulière , que la procédure de nomination du Directeur n’a pas été conforme aux usages pour permettre un choix éclairé, que le financement de l’Opéra repose à près de 80% sur les subventions publiques, et que les salaires versés aux plus hauts niveaux sont supérieurs de 27% à la rémunération statutaire…


    Mais l’article semble avoir « oublié » l’une des irrégularités les plus importantes relevée par la chambre: celle du cumul par deux cadres de TPM, qui seraient employés à temps partiel par l’Opéra , de rémunérations supplémentaires, contrairement au principe d’interdiction du cumul des fonctionnaires, et que de surcroit « l’établissement n’a pas été en mesure de communiquer un quelconque rapport ou dossier qui aurait été réalisé par leurs soins » ni « d’apprécier la nature exactes des travaux confiés à ces cadres de la communauté d’agglomération »… on peut donc légitimement s’interroger sur la réalité de ces emplois….

    Alors, même si le Président Robert Cavanna et le Directeur Claude-Henri Bonnet considèrent que ces critiques « sont satisfaisantes », les Toulonnais sont en droit d’exiger des explications, d’autant que le bilan de l’Opéra, également pointé par la chambre, est plus que médiocre : le nombre de spectateurs payant est en baisse, et malgré l’attribution en nombre croissant de places gratuites avec dépassements outranciers des quotas, les 1300 places disponibles ne sont jamais occupées en totalité. Les recettes stagnent en conséquence. L’ensemble des spectacles est presque toujours déficitaire. Tout ceci indique une gestion déplorable et a pour conséquence un affaiblissement du rayonnement culturel de l’Opéra.

    Il serait donc temps de mettre de l’ordre dans la politique culturelle de Toulon Provence Méditerranée et de son OPCC, et faire en sorte que l’argent des Toulonnais soit utilisé régulièrement, avec comme objectif de retrouver le rayonnement culturel que doit avoir leur Opéra. Il faut se doter d’un contrôle de gestion actuellement inexistant, mettre fin à des abus inadmissibles, et revenir à une programmation traditionnelle qui faisait le succès de Toulon, et pourquoi -pas , comme le conseille également la chambre, faire beaucoup plus appel au mécénat.

    Retrouvez notre position sur la culture (et l'Opéra!) ainsi que sur les autres thématiques dans notre premier document de campagne en cliquant ICI

    OPERA.PNG

  • Les grands voiliers à Toulon: la mer comme poumon

    Imprimer
    mer.JPGBillet d'humeur d'Amaury Navarranne,
    Délégué "Développement économique" de la liste Toulon Bleu Marine
     

    L'arrivée des grands voiliers cette fin de semaine à Toulon n'est hélas qu'une poudre aux yeux que lance la municipalité actuelle. Le constat de son immobilisme sur l'ouverture de notre ville vers la mer et l'absence de vrai projet de développement dans ce secteur doit être dénoncé, et sera en revanche au cœur du projet municipal de la liste du Front National.

    La notoriété que notre ville a connu ces dernières années, notamment par son équipe de rugby, mais aussi la réputation et la beauté de nos territoires, n'a pas été suivie des infrastructures et d dialogue nécessaire avec les professionnels du secteur.

    Toujours aucun accueil convenable des croisiéristes, pas de vision culturelle ou muséographique de notre avantage maritime, la ville de Toulon et la communauté d'agglomération TPM ne "surfent" que sur des acquis et sur le développement de sociétés, comme DCNS, qui ne doivent pas grand chose aux édiles locaux.

    Nous développerons dans les mois qui viennent notre programme pour cet "or bleu", axe principal de l’essor de Toulon, qui impose une vision à long terme, une ambition franche, et une envergure qui manque tant chez les "élites" qui nous dirigent aujourd'hui... L'avenir de Toulon, nous le ferons!

  • L’INDECENCE DE MONSIEUR FALCO

    Imprimer
    desgorces.PNG“Point de vue politiquement incorrect”
    par Marc Desgorces, Chargé de communication au sein de la liste Toulon Bleu Marine
     

    Hubert Falco fait partie en France des plus gros cumulards de postes politiques et administratifs. Tout en étant l’un des parlementaires les moins travailleurs. Ce n’est pas un scoop, mais c’est confirmé par le magazine L’Express, qui le place en 18èmeposition au niveau national. Triste publicité pour notre Région et notre Ville, qui s’en seraient bien passées. A quelques points d’un Christian Estrosi ou d’un Jean-François Copé, exemples de moralité publique peu recommandables. Les Toulonnais apprécieront. Notamment lors des élections municipales de mars 2014.

    Le simple constat est en lui-même éloquent : Hubert Falco est à la fois Sénateur du Var, Maire de Toulon, Président de la communauté d’agglomérations Toulon-Provence-Méditerranée, Président du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon-La Seyne, Secrétaire du Sénat et Vice-président de l’UMP…

    Peut-être cet homme est-il doué de facultés intellectuelles et d’une capacité de travail extraordinaires. Voire. Mais à qui fera-t-on croire qu’il peut exercer correctement et simultanément ces hautes responsabilités ? Sans le moindre risque de conflit d’intérêts entre des fonctions qui exigent indépendance et probité ? En bonne conscience vis-à-vis de nos nombreux concitoyens qui, eux, ne cumulent pas grasses indemnités et prébendes, mais accumulent plutôt risques, chômage, boulots précaires, petites retraites et galères en tout genre ? A aucune personne de bon sens.

    L’addition des indemnités mensuelles et des avantages personnels de Monsieur Falco fait un total indécent. Surtout dans une période difficile, où beaucoup de Français et de Toulonnais travaillent dur, pour un revenu qui peine souvent à dépasser le SMIC. Pour la parfaite information de M. Falco, le SMIC c’est 9,43 € brut de l’heure, soit 1430,22 € brut par mois pour ceux qui ont la chance d’avoir un emploi à temps plein. Un peu plus de 1120 € net par mois. Environ 20 fois moins que ce que perçoit M. Falco qui, lui, profite en plus des avantages en nature liés à ses nombreuses fonctions.

    Le Front National est par principe opposé au cumul des mandats et des rémunérations afférentes. Pas plus tard, c’est-à-dire jamais, comme les Socialistes hypocrites. Pas timidement, comme les UMP honteux. Non, pour nous c’est : fin des cumuls insupportables, tout de suite.

    La meilleure manière, la plus sûre, la plus directe, d’abolir démocratiquement ces cumuls abusifs à Toulon, c’est de sortir le sortant Falco aux Municipales de 2014. De le renvoyer dans son fauteuil doré de sénateur. Où il pourra enfin se rendre utile, au lieu de briller par son absence et son silence.